Les étapes de l’achat

1-Calculer sa capacité d’endettement

La première démarche consiste à aller voir sa banque, elle vous communiquera, en fonction de votre “profil” bancaire la hauteur  à laquelle elle est prête à vous suivre. Théoriquement, les banques vous suivent sans trop de difficultés jusqu’à 33% d’endettement, je dis bien théoriquement…Car ce “profil”, si important aux organismes bancaires est sujet à bien des discutions. Situation familiale, revenus, primes, capacité d’épargne, apport, stabilité professionnelle, ancienneté, type de contrat de travail, salarié de la fonction publique ou du secteur privé ou encore vos charges fixes sont autant de points qui conditionneront les propositions de la banque. Vous l’aurez compris, plus vous présenterez de garanties à votre banque, meilleures seront les propositions de crédits.

2-Budgétiser son achat

Outre le prix de vente, un certain nombre de frais annexes sont à prévoir. Les frais de notaires (entre 3 et 7%) , le montant des travaux (même si il n’y a “qu’un coup de peinture”) et les frais de déménagements sont les plus courants.   A cela, une petite marge pour l’équipement général de votre nouvel home sweet home est à rajouter.

3-La proposition ou offre d’achat 

La proposition d’achat, c’est l’aboutissement d’un processus par lequel tous vos sentiments sont passés. Elle traduit votre volonté d’acheter. Excitation, peur, est-ce le bon choix? N’est-il pas trop cher ? Vais-je pouvoir payer mes traites ? Et si et si…. ? Mais aujourd’hui vous avez fi de toutes ces interrogations, car vous savez que c’est le bon!  La proposition est, non seulement, la retranscription de la valeur à laquelle vous estimez le bien, mais aussi et très souvent votre budget maximal. Elle doit être adressé au propriétaire directement ou via l’agence si c’est elle qui vous présenté le bien. Donnez votre nom, l’adresse du bien et confirmer votre souhait d’acheter l’appartement a tel prix. La proposition n’est pas un acte formel, pas d’inquiétude sur la formulation du document!

4- Signature du compromis ou de la promesse de vente

Votre proposition d’achat acceptée, la signature du compromis ou de la promesse de vente doit être organisée. C’est l’acte par lequel le vendeur s’engage à vous vendre son bien immobilier en précisant les conditions de la vente. La signature de cet avant-contrat est en général assorti du versement d’un acompte (dépôt de garantie) représentant au maximum 10% du prix de vente du bien communément appelé séquestre. Vous disposez d’un délai de réflexion de sept jours (délai SRU)  pour renoncer à l’acquisition sans pénalité ni frais. Si vous faites jouer ce pouvoir de renonciation, le notaire détenteur du séquestre dispose de 21 jours pour vous le rendre. Vous pourrez inscrire sur cet acte un certain nombre de clauses suspensives, dès lors qu’elles sont acceptées par le vendeur. 

5- Le financement

En allant voir votre banque en tout début de recherche, elle vous a simplement fait une simulation de prêt, sans aucun engagement de sa part. Il vous faut maintenant monter le dossier et produire tout un ensemble de documents (voir la liste des documents à fournir) en fonction de votre profil. Selon l’accord passé avec le vendeur et noté dans la promesse de vente , vous avez 10 jours pour déposer une demande de financement (attention de bien demander un justificatif de dépôt auprès de votre banque)  et 45 jours pour obtenir un accord écrit que vous devrez transmettre au notaire chargé de la vente. L’ensemble de cette procédure prendra entre 1 et 2 mois. La banque vous fera alors parvenir une offre de prêt résumant les conditions du contrat (nature du prêt, coût total, taux effectif global…).
 A compter de la réception de ce courrier, vous disposez d’un délai de réflexion de dix jours pour accepter ou refuser les termes du prêt. Le onzième jour et pas avant, vous retournerez votre offre signée par la Poste, le notaire serez crédité de la somme lorsqu’il en fera la demande.