Les travaux

Les déboires des suivis de chantier…

sont légion dans l’immobilier!

Beaucoup de nos clients sont à l’étranger. Lorsqu’ils achètent leur appartement -parfois uniquement sur photos- et qu’il y a des travaux à prévoir, nous prenons en main le reporting de chantier. Tous les jours ou presque, nous passons voir si les choses avancent conformément au cahier des charges établit avec le client. Carrelage gris en quinconce, frise à 80cm de hauteur, mitigeur à rallonge, carreaux de la cuisine blanc type métro, on rehausse le bar, on déplace le toilettes.. bref, on passe voir, pour s’assurer que les choses sont bien faites comme on l’a indiqué à l’entrepreneur dès le départ.

Là, pourtant bien des surprises, et je peux vous dire à ce stade d’ancienneté dans le métier, que 3 petites heures de liberté suffisent à l’entrepreneur pour interpréter vos instructions à sa manière. Il faut reprendre et rectifié avec lui ILLICO! ce n’est pas quand la salle de bain est terminée qu’il faudra lui dire que vous trouvez la douche trop petite ou que vous souhaitiez les carrelages dans l’autre sens! De toutes façons, soyez certains qu’il trouvera les arguments pour vous prouvez que SA solution est bien meilleure compte tenu des aspects techniques avec lesquels il a été obligé de jongler. Mouais…

Non, quand c’est fini, c’est trop tard.

La clé du succès pour des travaux réussi, c’est d’y passer tous les jours. Et répéter, redire, radoter, représciser ce que vous voulez. Quand on fait faire les travaux soi-même, il faut penser à tout dire, même ce qui vous semble être la pire des évidences: l’emplacement des prises, des interrupteurs, la prise télé, la prise du four, le sens d’ouverture de la porte, la porte coulissante à droite, à gauche? et la suspension de la douche sur quel mur? Oui parce que sinon, libre comme des petites hirondelles au printemps, les entrepreneurs font des bêtises.

Je prends l’exemple de deux chantier que des clients ont géré seul, tout en passant par des entrepreneurs que je leur avais recommandé. De ce fait, ils ont cru que c’était tout bon. Je leur ai recommandé, car je sais qu’ils finiront le chantier, qu’ils ne partiront pas avec la caisse et qu’ils font du bon boulot. Oui mais, ils ne testent pas tous les utilitaires qu’ils installent, et si vous vouliez le carrelage vertical ou en quinconce mais ne leur avez pas dit, et bien il ne le feront pas. Un entrepreneur laissé à l’abandon, c’est un peu comme un capitaine d’un pétrolier qui se retrouve à la tête d’une croisière. Il va vous mener à bon port, mais sans passer par les iles paradisiaques. Autrement dit, (la métaphore est sacrément filée j’en conviens) votre salle de bain fonctionnera, la porte coulissera mais l’emplacement de la machine à laver sera peut-être top petit pour celle que vous avez déjà et la porte coulisse vers la droite alors que vous aviez envisager un porte serviette à cet endroit… dommage! la cloison est posée la porte est montée, c’est donc trop tard…

Il y a aussi toutes les petites choses auxquelles on ne pense pas forcément avant, mais qui tombent sous le sens au fil de l’avancée des travaux. La fameuse porte coulissante par exemple, si elle n’est pas coffrée, condamne le mur sur lequel elle glisse.

En cours de travaux, le client s’est décidé à mettre un pan de mur vitré entre la cuisine et la salle de bain, pour que cette dernière bénéficie d’un peu de lumière naturelle. Comme il n’était pas passé sur le chantier, il ne savait pas qu’au moment où il demandait cette modification, le mur était déjà monté. Pour le satisfaire, l’entrepreneur à ouvert. Un peu. Un tout petit peu. La photo parle d’elle-même:

Mais pourquoi me direz-vous, cette ouverture vitrée ressemble-t-elle à la lucarne d’un chateau de guerre, tout juste bonne à passer un bout de fusil? et bien parce qu’il n’était plus possible de casser un pan de mur suffisamment grand quand l’intruction a finalement été donnée. L’ouvrier a donc ouvert… uniquement sur la base d’un carrelage, on se rend mieux compte coté salle de bain:

Coté rendu esthétique, on repassera…

Merci, bien.

Ces détails ne relèvent pas totalement de l’incompétence du professionnel. Livré à lui-même, il ne pensera qu’à sa mission 1ère: vous mener à bon port (= livrer le chantier dans les temps), avec vous à ses cotés qui le guide dans sa destination, il prendra en considération vos desideratas. C’est aussi simple que ça. SAUF que si vous n’êtes pas là pour voir ce que lui comprend de vos instructions… on va droit dans le mur.

J’ai aussi en tête l’exemple d’une amie qui a laissé ses clés à l’entrepreneur et est partie en vacances. A son retour et grâce au passage régulier de son papa, le chantier ressemblait bien à ce qu’elle souhaitait. Les clés lui ont été remises, la facture payée. Deal clos. Oui mais voilà qu’au premier usage des toilettes, la chasse qui semblait fonctionner, ne fait pas bien son boulot. Il faut tirer 3 ou 4 fois pour avoir de l’eau bien clair si vous voyez ce que je veux dire. Mon amie appelle l’entrepreneur, qui lui indique tout à fait naturellement qu’il a effectivement oublier de lui précisé qu’il ne fallait pas mettre de papier dans les toilettes (!!??), puisqu’elle les voulait de ce coté de la salle de bain, le chemin du tuyaux d’évacuation ne permet pas un fonctionnement tout à fait normal. L’horreur.

Nous sommes un apporteur d’affaire important pour cet entrepreneur, nous lui avons simplement passé un petit coup de téléphone pour lui demander d’aller réparer cela, et qu’elle puisse se servir des toilettes normalement. Cela parait bien normal, mais en pareil cas, quel poids pourrait avoir un particulier pour faire revenir l’entreprise et lui demander de changer et réparer à sa charge? Même si cela parait bien la moindre des choses, malheureusement, beaucoup des entreprises n’ont pas cette conscience professionnelle là. La demande est tellement forte à Paris que leurs plannings  sont généralement bookés sur 6 mois, si vous n’êtes pas contents, ce n’est pas la fin des haricots pour eux.

Pour partir sur de bonnes bases et éviter de voir le devis grimper en cours de route, faite un plan précis de ce que vous souhaitez, surtout s’il y a des modifications de cloisons. Aussi, si vous ne passez pas par un spécialiste, demander un devis hors matériel, cela vous permettra d’aller choisir vous-même vos carrelages et de bien voir le prix de la main-d’oeuvre, il sera alors bien plus facile de comparer avec la concurrence.

 

Soyez le plus précis possible, des petits logiciels de plan 3D sur internet vous permettrons de voir en amont la viabilité de votre projet et le coup du matériel:

 

Et oui, c’est du travail tout ça! mais si vous ne faites pas appel à un architecte, il faut s’impliquer. Gardez en tête que derrière l’aspect esthétique, il y a l’aspect technique, le chemin des tuyauteries, les fils electriques doivent être installés en début de chantier, c’est pourquoi parfois, inverser évier et frigo ne sera pas si simple. Anticipez! Ikea, Lapeyre vous propose des plans 3D et sauront vous donner de bon conseil d’agencement, aussi, des logiciels gratuits sont accessibles d’internet (homeplanner, stechup …).

Les conseils: ne jamais payer plus de 70% du chantier avant la fin, les 30% restants doivent obligatoirement être réglés le jour de la validation du chantier avec l’entrepreneur. Oui, car 30% c’est suffisant pour qu’il se batte pour vous satisfaire et au pire, 30% vous permettra de faire appel à une personne pour les finitions si l’entrepreneur ne vous donnait pas satisfaction.

Passer tous les jours, vraiment. 10mns suffisent, pour voir et comprendre, cas échéant pourquoi certains désirs ne pourrons pas être satisfaits et trouver une alternative technique et esthétique.

Eviter de prendre un entrepreneur au hasard sur les pages jaunes. Se faire recommander un contact par une personne de votre entourage est déjà un bon point de départ.

Prévoir des pénalités de retard, pour que le jour de la fin prévu du chantier, soit bien le jour de la remise des clés. Les entrepreneurs ont souvent plusieurs chantiers en même temps, ce n’est pas à vous d’en payer les frais!

Si vous êtes en copropriété, prévenez vos voisins et soyez vigilants au respect des parties communes. Si vous devez abattre des cloisons, prenez une assurances au cas ou les secousses de vos démolitions ne créent des fissures chez vos voisins (des micro-fissures peuvent apparaitre sur leur peinture, c’est fréquent!).

Le marché immobilier

 

Cette fois, l’heure de l’unanimité a sonnée, le marché va baisser, baisse et baissera, notaires, spécialistes, professionnels et blogeurs sont d’accord. “Capital” du mois de Mars parle même de Soldes dont il faudrait “profiter avant que les banques ne restreignent les crédits”, pourtant, à lire l’article de plus près, les soldes n’ont pas encore commencés à Paris, mais sont reportés à l’été prochain… pire pour la location on parle de hausse, “la baisse des loyers est enfin enclenchée, sauf à Paris“. (-1,7 pour Rennes alors que Paris rive droite enregistre +6,25% de hausse sur les loyers cette dernière année).

Les notaires prévoient pourtant une baisse de 5 à 10% dans la capitale, c’est bien que quelque chose devrait se passer et pourtant… pourtant, on constate un engouement toujours aussi important sur les biens de qualités. C’est un peu comme si au lieu de se détendre, le marché devenait toujours plus restreint avec moins d’acquéreurs et moins d’offre tout à la fois, alors que le niveau d’exigence ne fait que monter. Car s’il y a bien une chose que les acquéreurs ne veulent pas voir baisser, c’est la qualité des biens qu’ils achètent. Et qui serait à blamer d’un tel raisonnement quand les prix atteignent les 9500 euros le mètre dans des quartiers somme toute populaire tels que le 10ème ou 11ème? La structure pyramidale dans laquelle s’inscrit le marché parisien n’a malheureusement pas pour effet de faire baisser les prix mais de diviser le marché. D’un coté les biens de qualité: lumineux, calme, étage élevé avec ascenseur, vue agréable et bonne copropriété (oui tout cela réuni) et de l’autre, les Rez-de-chaussée, 1er ou 2ème étage, dans des copropriétés mal tenues, faible luminosité, agencement à défaut et/ou localisation incertaine (axe bruyant, mal desservit ou excentré), et croyez-moi de cette trempe-là on en rencontre beaucoup à Paris! Alors que la première gamme de bien voit ses prix toujours en hausse, des délais de vente de 1 jour à 1 semaine maximum récoltant l’intérêt de tous les acquéreurs potentiels du marché, la deuxième série ne semble plus intéresser grand monde, les biens stagnent sur le marché parfois plusieurs mois pour finalement voir leurs prix se négocier franchement.

En 2009, la baisse était annoncée comme elle l’est aujourd’hui, rien ne laissait douter, ni les notaires, ni les professionnels, ni les économistes brandissant les courbes de friggit et la décorelation grandissante entre le revenu des ménages le prix de l’immobilier. A les lire, nous allions revivre le grand crash de 1995. Le graphique parle de lui-même:

La folle augmentation des prix est ici évidente et il semble juste, même pour une personne peu aguerrie d’anticiper une baisse à venir. La question est “à quelle rythme celle-ci peut-elle avoir lieu et quand”?

Car à Paris, (la courbe rouge dans le graphique) les prix ont augmenté plus qu’ailleurs mais sont aujourd’hui soutenus par plusieurs facteurs (plus qu’ailleurs):

– les prix de la location s’affichent encore à la hausse, assurant une rentabilité pour les investisseurs

– les propriétaires qui achètent cher revendent cher

– les primo accédants acceptent l’idée de la baisse de leur pouvoir d’achat en voyant leur surface à la baisse.

Par ailleurs, en 2009, alors que la crise semblait amorcée, les propriétaires vendeurs ont reporté leur projet, créant une pénurie très importante sur le marché et une chute importante du nombre de vente:

Sur le terrain: pas d’appartement à vendre! le peu de nouveaux biens arrivant sur le marché venaient satisfaire un accumulation d’acquéreurs affamés, prêt à sortir le chèque immédiatement pour mettre derrière eux le cauchemar d’une recherche frustrante. L’effet sur les prix? je vous le donne en mille: une augmentation comme jamais et des prix rebondissant vers le haut aussi soudainement qu’ils avaient chuté vers le bas.

Bref, notre avis est que le marché parisien est grippé, une baisse des prix est tout à fait envisageable mais elle risque de ne pas être fulgurante et ne concerner que les biens à défaut, laissant les étages élevés plein soleil profiter de l’attention de tous les acquéreurs.

Pour info, voici les derniers chiffres transmis par les notaires, à prendre avec des pincettes toutefois, car on constate 6 mois de retard dans leurs données:

 

Idées déco

Impossible à éviter, Ikea est dans tous nos intérieurs. On l’adopte, le transforme, le personnalise, et le glisse dans notre salon, au milieu d’une ambiance vintage, baroque, glamour, design, il trouvera forcément sa place. Plus encore, si vous avez l’audace (et l’énergie) de le relooker, on est parfois surpris de ce que telle ou telle pièce peut être tellement détournée de son look d’origine, on ne la reconnait plus. Voici quelques exemple d’idée déco à piquer:

Relooker son canapé ikea: on prend le 1er prix (ou pas d’ailleurs, hein, vous faites comme vous voulez!) et transformez-le en petite perle, donnez lui une autre âme, vintage, industrielle ou scandinave… Idées à partager d’avant/après qui nous ont plues:

Le canapé convertible Ikea, tel que vendu en boutique:

Le canapé verni et rehoussé, trouvé chez une cliente:

 

Ou encore le Karlstad chez Ikea:

après relooking, dans son contexte:

Le choix du tissus donne une autre ambiance à un même univers:

 

Plusieurs sites proposent désormais de rehousser vos meubles, nous, on aime tout particulièrement bemz (www.bemz.com).

On choisit parmi une centaine de tissus, et on relooke tout ce qui vient de notre préféré et incontournable géant scandinave, canapé, chaise, table, tête de lit, fauteuil… Sur leur site, on peut même voir le résultat de notre choix, fonction du canapé, de la coupe et du tissus:

http://www.bemz.fr/fr-fr/produits/housses-de-canapes/manstad/

Mais il n’y a pas que le tissus dans la vie, avec peinture, stickers et un brin d’imagination, voici ce qu’un meuble des plus basiques (Ikea toujours) peut devenir:

 

Par forcément nécessaire de sortir pinceaux et pots de peintures, certains meubles ici ont tout simplement été tapissés. D’ailleurs, le papier peint mérite un article à lui tout seul! Il fait son grand retour dans nos intérieurs depuis quelques temps, initié avec le stickers, coller sur nos murs papiers à textures, effets ou faux décor revient à la mode, et on aime. On vous en parle la prochaine fois promis!

www.bemz.typepad.com

www.bemz.fr

www.myoverlays.com

www.ikea.fr

www.additik.com

 

 

 

On valide Autolib!

Oui, oui et oui!!! on est sé-duit!

Emmener les clients visiter les appartements en scooter, c’est bien, mais quand il fait – 5°C et qu’il pleut… c’est déjà plus difficile.

 

Depuis sa mise en place, le 5 décembre, Autolib’ nous sauve.

 

L’inscription se fait entre 5 et 7 mns top chrono, il faut juste un permis une pièce d’identité et une carte bleue. Dans la bulle de verre futuriste, on se laisse guider par la conseillère à l’écran, on scan les documents qu’elle nous demande et pour 10 euros l’abonnement et 7 euros la demie heure, on est parti !

 

Bulle d'inscription Autolib'

 

D’une facilité bien appréciable, calquée sur le modèle du vélib’, on s’attendait à bien plus compliqué s’agissant d’une voiture, mais non.

On passe notre pass à la borne,  celle de la voiture qui nous est attribuée clignote, on la débranche, on s’installe, on tourne la clé. Et là, rien. Pas de vrombissement, pas un bruit, le calme absolu, c’est le miracle de la voiture électrique.

Tableau de bord épurée et digital, musique à fond, et GPS, nous voilà parti. Le must ? (ou pas d’ailleurs bonjour big brother) c’est de pouvoir appeler un assistant dans la voiture, qui vous localise, a votre nom et tous vos détails (depuis combien de temps vous roulez, où vous vous trouvez, le montant de la facture, la borne autolib’ la plus proche….) et qui peut vous guider dans Paris, si vous êtes perdu ou que vous rencontrez un petit soucis avec la voiture.

Automatique, direction surper-assistée et silencieuse, on a fait un pas dans le futur, et c’est FACILE !

On attend avec impatience que le système se développe pour nous proposer, à l’instar de Lyon, différents modèles de voiture: l’idée du chef, déménager un petit meuble de temps en temps ou faire un saut à IKEA… c’est en bonne voix! et Paris n’est pas la seule ville privilégiée, le système a tout de suite été lancé dans 43 communes, Lyon comme pour le Vélov ‘ (leur version vélib’), nous a déjà devancé de 4 ans…